Comix

Comix — Ulysse

On ne compte plus les bandes dessinées « peplumiques » à la qualité hautement aléatoire, dont Alix a jeté les bases il y a plus d’un demi-siècle. 

 

Plus rares sont les œuvres à s’être interrogées sur ce qu’on appelle la réception de l’Antiquité, offrant des visions personnelles, décalées, et souvent drôles d’un monde à la fois perçu comme proche et profondément lointain. On songe à Lo de Lucie Durbiano (Gallimard), relecture subtile et faussement ingénue de Daphnis et Chloé, à La Lionne de Laureline Mattiussi (Treize étrange), voyage sensuel et baroque dans une Rome sous inspiration pétronienne. Mais l’expérience menée par Jean Harambat, jeune dessinateur installé dans les Landes, et que ses expériences professionnelles ont conduit de l’Argentine au Libéria, est unique par son envergure et son ambition. Hanté depuis son enfance par la figure d’Ulysse, Harambat a obtenu une résidence d’artiste à Ithaque, d’où il livre une adaptation de l’Odyssée d’une prodigieuse richesse. Se concentrant plus particulièrement sur le retour d’Ulysse à Ithaque et sur la reconquête progressive de sa qualité de roi, de mari et de père, Harambat a eu la géniale inspiration d’alterner les épisodes du poème homérique avec des éclairages contemporains de la figure d’Ulysse. Que ce soit des figures éminentes de l’hellénisme français, au sommet desquelles trône Jean-Pierre Vernant, des écrivains (Jean-Paul Kaufmann, Pierre Michon…) ou des anonymes (le bibliothécaire d’Ithaque, un pharmacien de l’île…), chacun apporte sa propre interprétation de la geste odysséenne. Le beau trait archaïsant d’Harambat, ouvertement sous influence de la céramique grecque de l’âge classique, sert d’écrin à ces témoignages et au difficile retour, pavé d’embûches et d’humanité, du héros aux mille ruses.

 

Ulysse. Les chants du retour de Jean Harambat (Actes Sud BD), 240 pages, 26 euros.

 

R. B.

 

 

 

 

 

 

 


Dernières chroniques