Dies femenarum

[Notre chroniqueuse est actuellement en cure en Armorique. Pour vous faire patienter, nous vous proposons ce test, idéal pour passer le temps avec des amies sur le forum. Il est consacré à la fête des femmes, mais n’est point interdit à nos amis les hommes].

1. Xantippe était :

a. l’épouse acariâtre de Socrate ;

b. une cavale, vainqueur du prix de Diane ;

c. une maladie mentionnée par Hippocrate dans son ouvrage Airs, eaux, lieux.

 

2. Soranos d’Éphèse était :

  1. un eunuque de gynécée ;
  2. un gynécologue pour eunuques ;
  3. l’auteur d’un traité consacré aux maladies des femmes.

 

3. Sapho était :

  1. un instrument de musique prisé par I. Coltranus, selon une inscription de Pompéi ;
  2. une poétesse grecque ;
  3. une femen entartée sur l’agora à Athènes en 340 av. J.-C.

 

4. Qui était Pénélope ? 

  1. la fidèle épouse du très rusé Ulysse, dans un manuscrit d’Homère ;
  2. une gladiatrice  propriété de L. Fabius, questeur gallo-romain de Narbonne, selon Cicéron ;
  3. l’épouse du tribun E. Macronius, un homo novus connu par une unique mention dans le Corpus Inscriptionum Latinarum.

 

5. Diotime était :

  1. une courtisane de Corinthe, qui s’y connaissait en choses de l’amour ;
  2. un personnage du Banquet de Platon, qui s’y connaissait en choses de l’amour ;
  3. une taxe sur les saucisses de Savoie instaurée par les Hélvètes, d’après Jules César.

 

6. Pour Galien, la femme était (attention, il y a un piège) :

  1. inférieure à l’homme en tout ;
  2. le sexe faible ;
  3. plus froide que l’homme par nature.

 

7. Cléopâtre était :

  1. une alchimiste, selon la légende ; 
  2. auteur d’un traité de cosmétologie, selon la légende ;
  3. un vrai pot de colle, selon Diogène Laërce.

 

8. De ces trois femmes, laquelle n’a pas de notice dans la  Pauly-Wissowa Enzyklopädie des Alterthumwissenschafft (attention, il y a un piège) :

  1. Pithoprakta de Xenakipolis ;
  2. Klitocratia de Léontopolis ;
  3. Athéna.

 

9. « Touche pas au grisbi, Pénélope ! » est une réplique de :

a. Plaute, dans la pièce Aulularia, v. 345-346 ;

b. F. Candidus Notarius, dans la pièce Interfector Senex (ms. Montalbanus Lat. 63, f. 57r) ;

c. Rien de tout cela : ça n'existe pas,  ça n'a jamais existé, c'est une fausse citation forgée par des Carthaginois. 

 

 

Bibliographie :

Nutton (Vivian), La médecine antique, traduction Alexandre Hasnaoui, Les Belles Lettres, Paris, 2016. (Histoire).

Loraux (Nicole), sous la direction de, La Grèce au féminin, Les Belles lettres, Paris, 2014. (Histoire).

Sapho. Alcée, Fragments, éd. Théodore Reinach et Aimé Puech, Les Belles Lettres, Paris, 2003. (CUF).

Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, éd. et trad. Danielle Gourevitch et alii, 4 t., Les Belles Lettres, Paris, 1988-2000. (CUF).

Platon, Le Banquet ; éd. Paul Vicaire et Léon Robin, Les Belles Lettres, Paris, 2008. (CUF).

Hippocrate, Airs, eaux, lieux, éd. et trad. Jacques Jouanna, Les Belles Lettres, Paris, 1996. (CUF).

Plaute, Comédies. Tome I, Amphitryon. Asinaria. Aulularia, éd. et trad. Alfred Ernout, Les Belles Lettres, Paris, 2010. (CUF).


Dernières chroniques

Le 12 Février 2017
Prenons une amoureuse à Rome autour de J.-C., et une amoureuse de Lutèce après J.-C. Nous remarquons aussitôt que la principale différence entre les (...)
Le 23 Janvier 2017
Prenons une bibliothèque d'avant J.-C., au hasard : Rome, et une bibliothèque moderne. Nous remarquons aussitôt que la principale différence entre (...)