Le Latin au Parc

Bienvenue au Parc !

Chaque semaine, un ou deux hypokhâgneux, du groupe de latin débutant, vous livrent leurs impressions, et rien que leurs impressions, sur l’apprentissage du latin : élève déjà initié ou totalement novice, chacun souhaite les partager, avec son lot d’imprécision et de fulgurance.

Les Romains levaient le pouce (d’ailleurs, nous ne savons pas !), certains jettent des tomates au jury, nous, au lycée du Parc, quand nous aimons, nous faisons « pschitt !»

 

C. L-G.

 

 

 

 

Nous avons d’abord traduit un extrait de la première catilinaire de Cicéron, dans lequel le consul se révolte contre Catilina qui a tenté de renverser la République. Ce texte était donc un discours réellement prononcé, et avait par conséquent un sens bien défini ; de ce fait il m’a semblé moins difficile à traduire. Nous avons ensuite commencé à étudier les temps du parfait de l’indicatif, équivalent du passé simple et du passé composé en français, et nous avons réalisé qu’il pouvait être difficile de reconnaître les verbes à cause des modifications qu’ils subissent par rapport à la forme du présent. Puis nous avons appris  à nous servir d’un dictionnaire latin-français. D’abord, nous avons regardé les différentes abréviations utilisées dans le dictionnaire. Ensuite, nous nous sommes entraînés à trouver quelques mots et à en décrypter les différents sens qui peuvent varier selon les auteurs. Après cela, nous avons traduit un petit texte traitant de l’Énéide de Virgile. Le plus difficile a été de retrouver les verbes dans le dictionnaire car leur forme change selon les temps. Aussi, cette « version miniature » nous a rappelé la complexité des différents cas et de l’ordre des mots en latin.

 

Nous vous disons « pschitt ! » et à la semaine prochaine !

H812 Solène et Célia

 

 

 


Dernières chroniques

Le 19 Mai 2016
Bienvenue au Parc ! Chaque semaine, un ou deux hypokhâgneux, du groupe de latin débutant, vous livrent leurs impressions, et rien que leurs (...)
Le 13 Mai 2016
Bienvenue au Parc ! Chaque semaine, un ou deux hypokhâgneux, du groupe de latin débutant, vous livrent leurs impressions, et rien que leurs (...)