Les malheurs de Sophiste

Les malheurs de Sophiste

 

Drame en un acte ferme et cinq avec sursis

 

 

Sphyrènes d’Alexandrie, par Cléopâtre-Alexandrine de Garamond

 

personnages

Cléo.

Macrocephalus Modestissimus (Macro).

Microcephalita Spongiforma (Micro).

Magister Capellovicius (M. Capello).

Nadine de Roskilde (N2R). 

Maître Loseille, notaire.

Deux électeurs français.

 

Cléo est cachée dans un budé d’Isocrate, en mission spéciale pour LVDC.

Macrocephalus Modestissimus et Microcephalita Spongiforma effectuent les derniers maquillages techniques tout en gravissant les marches de l’Agoraring Forum de Lutèce. À Maître Capellovicius revient la délicate tâche de faire respecter les normes de la langue française. La délicate tâche d’élever le niveau rhétorique du débat a été confiée à Nadine de Roskilde, correspondante en Norvegia de Papyri-Match.

N2R : Je vous rappelle que la bienséance et l’efficacité  requièrent une captatio benevolentiae. Soyez corrects, les enfants vous regardent peut-être.

M. Capello : Conformément au règlement, c’est maître Loseille, notaire, qui va désigner le premier candidat – ou la première candidate – à prendre la parole.

Maître Loseille : Plouf Plouf. Pique nique douille c’est toi l’andouille. Ah, M. Macro, c’est à vous.

Micro : Kabbale mirandolienne ! Censure mitterrandienne ! Complot judéo-palestinienne !

Macro : Chère Madame, puisque vous y tenez tant, je vous cède la parole.

Micro : C’est à moi ? Chouette. Alors, je commence : « Pauvre banquier ! ».

M. Capello : Voyons, élevons le niveau du débat. Un « ploutocrate » (Xenopho, Memor., IV, 6, 12) eut été de bon aloi.

Micro : Proutoclaste toi-même ! Je ne parle pas aux censeurs patentés de la koinè mondialisée. Moi je parle au menu peuple de la rue, moi.

Macro : De la rue, de la rue… Va donc, eh, morue !

N2R : Monsieur, restons galant, distingué. « Morue » est très vulgaire. Un Gadus morhua L. eut été de bon aloi.

Micro : Touché-coulé, le capitaine de pédalo. Moi je dis, avec la plèbe qui supporte le destin tourmenté du PSG : Fluctuat nec mergitur. Requin ! Patenté ! Stipendié ! Candidat à la présidentielle !

M. Capello : Madame ! Élevons, je vous prie, le débat. Livrons-nous aux joies de l’anagogie.

Micro : Plus près de Toi, mon Dieu.

N2R : Voilà qui est mieux. Mais revenons à nos moutons.

Macro, se tournant vers Micro : On parle des bœufs qui votent pour vous !

N2R : Parle-t-on de moutons ou de bœufs ?

Macro : Ni bœufs, ni moutons. Ce sont des ânes.

M. Capello : Soyons clairs : le peuple n’y comprend goutte. 

Macro, se tournant vers Micro : On parle des ânes de votre espèce.

M. Capello : De votre espèce ou de votre genre ? C’est une grave question. Car, ut Aristoteles in Metaphysica sua dixit : l’espèce précède le genre.

Micro : La théorie du genre ? Avec moi, ce sera interdit !

Macro : Voilà. Tout est dit : Tout sera interdit. Moi, j’aime Aristote. Je suis d’ailleurs passé, dans ma jeunesse, de Platon à Aristote.

Micro : De Platon à Aristote... et d’Aristote à Onassis ! Renégat ! Diabolos Ploutokrator !

M. Capello : Merci. Votre temps de parole est épuisé. La parole désormais est aux spectateurs…

N2R : Question de Mme Brigitte Trognon, cidreuse de pommes en Normandie.

Brigitte T. : Monsieur Macro, j’aurais une question un peu personnelle à vous poser...

Macro : Je vous en prie, chère madame. Aucun tabou ne m’affecte. 

Micro : Ça, c’est correct.

Brigitte T. : Vous êtes si beau, si intelligent, si superlatif. Quel est le secret de votre sublime ?

Macro : Chère madame, il est délicat de répondre à cette question ici même en quelques heures seulement. Laissez au standard votre numéro de téléphone, je me ferai un plaisir de vous répondre de manière argumentée et circonstanciée. 

N2R : Question de Monsieur Tapie-Mougeot, de Brachay-sur-Marne.

Monsieur Tapie-Mougeot : Je m’adresse à Mme Micro, pas à l’usurier diplômé (j’me comprends). Concrètement, comment allez-vous virer tous les  d’extraction récente et les  de sinistre mémoire qui nous  ?

N2R : Nous vous entendons assez mal, votre localité n’est peut-être pas encore dotée du haut débit, mais nous avons saisi l’essentiel de votre question. Mme Micro va vous répondre.

Micro : C’est très simple. Nous allons les renvoyer à la maison-mère. Et à la nage, s’il le faut.

Monsieur Tapie-Mougeot : Et que pensez-vous du mariage des pédants ? J’me comprends.

Micro : J’interdirai le mariage des pédants.

N2R : On a peu parlé culture, dans cette campagne. Que lisez-vous actuellement ?

Micro : Les Œuvres complètes de Drumont La Rochelle, un cadeau de papa. J’en lis un peu chaque soir.

Macro : Je viens de découvrir un livre d’Umberto Eco…

Micro : Le nom de la rose. Crypto-socialiste !

Macro : Reconnaître le fascisme, ça vient de sortir. Je me ferai un plaisir de vous l’offrir. C’est très court, très limpide, c’est même à la portée de vos électeurs.

Micro : C’est que, j’ai encore des meetings sur le feu, moi. Je ne sais pas si j’aurai le temps de le lire d’ici dimanche… En plus, je n’accepte plus de cadeaux depuis cette année, c’est plus prudent. J’me comprends.

M. Capello : Il est déjà 22h, le débat est terminé. Après une minute de publicité pour les blanchisseuses Willpoor®, nos spectateurs pourront voter pour désigner le grand vainqueur de ce débat...

N2R : Je dirais même plus : pour désigner le vainqueur de ce grand débat.

N2R : Pour Macro, tapez 1. Pour Micro, tapez 2. Pour vous abstenir, tapez 0. Pub !

Willpoor®. Fabriquée au Luxembourg, la blanchisseuse qui lave plus blanc.

N2R : Nous sommes de retour sur le plateau. Suspens… Je découvre les résultats en même temps que vous. C’est une énorme surprise qui annonce peut-être quelque chose ce dimanche. Un match parfaitement nul : 117 votes pour Mme Micro. 117 votes pour M. Macro. Et 478 568 votes pour « ni l’un ni l’autre ». Une énorme surprise !

M. Capello : Oui, un grand match, parfaitement nul. C’est la glorieuse incertitude des élections. Rendez-vous ce dimanche pour la confirmation dans les urnes. A vous la pub.

 

Bibliographie

Xénophon, Mémorables. Tome II-2, livre IV ; éd. Michele Bandini et Louis-André Dorion, Les Belles Lettres, Paris, 2011. (CUF).

Cicéron, Brutus ; texte établi et traduit par Jules Martha, Les Belles lettres, Paris, 2002. (CUF).

Jarry (Alfred), Ubu roi ; éd. Noël Arnaud, Gallimard, Paris, 2002. (Folio Classiques).

Eco (Umberto), Reconnaître le fascisme ; traduit par Myruiem Bouzaher, Grasset, Paris, 2017.


Dernières chroniques

Le 09 Avril 2018
Quel est le point commun entre la pièce de Plaute intitulée Le Radin ; la M. Tullii Ciceronis Consolatio publiée à Bologne par Carlo Sigonio en (...)
Le 19 Mars 2018
La Toile bruisse, ces derniers temps, de théories aussi diverses que variées concernant deux sujets majeurs de notre époque. La première concerne l’ (...)