Optionnel — Errare humanum est…

Pauline Lejeune enseigne le latin et le grec dans un lycée de la banlieue parisienne. C'est son choix. Partagez le quotidien d'un cours pas tout à fait comme les autres.

 

Le Barbare, tout bon helléniste vous le rappellera, est d’abord celui qui parle une autre langue. Je vous vois venir, vous vous dites : elle va nous ressortir la vieille rengaine sur ces jeunes qui ne savent plus parler français, alors le latin, vous pensez bien… Eh bien pas du tout. Je veux parler d’un autre phénomène, plus mystérieux, véritable chant des Sirènes auquel aucun de nos élèves ne sait résister. Ce point d’orgue de la barbarie est la langue dite de version, une langue étrange qui ressemble à du français, sonne comme du français, a l’odeur du français mais n’est pas du français. Typologie des monstruosités linguistiques les plus fréquentes :

 

- L’erreur dite du débutant : « Le saint homme (sanus homo), celui qui est en bonne santé, n’a pas besoin de médecin » (d’après Celse, De Medicina, I, 1). Une simple menace de dénonciation au professeur de français règle généralement assez vite ce type d’erreurs.

 

- Le collage surréaliste : « Il y a, Romulus, dans un champ près d’une chèvre, lorsqu’un grand marais émoi subitement quand le temps devient visible » (d’après Tite-Live, Ab Urbe Condita, I, 16). Les mots arrivent directement de l’inconscient… pas de censure… et encore moins de relecture !

           

- L’élan mallarméen : « Les Armes et l’Homme je chante, de Troie qui en premier loin des rivages, en Italie, mû par le Destin et sur les laviniens rivages parvint » (d’après Virgile, Énéide, I, v.1-3). Une leçon d’une vingtaine de minutes sur les modalités et les effets poétiques de l’hypallage suffit en général à réfréner l’ardeur des poètes du dimanche.

           

- La Gaffiophobie (appelée aussi Baillypathie) « mon souffle vital était dans mon nez (mihi anima in naso esse) » (d’après Pétrone, Satyricon, 62). Il serait urgent pour certains de nos élèves d’inventer le dictionnaire du dictionnaire.

 

- Desprogien : « le remède de la pomme de terre » (remedio potato) (d’après votre humble et dévouée servante, dans une leçon sur les ablatifs absolus). À ce propos, quelques années de pratique conduisent à une certaine forme d’auto-censure : à proscrire donc, anus (la vieille femme) ; rectum (droit) ; amabit (il aimera) ; voire l’innocent numéral sex (six).

 

- enfin, cerise, ou plutôt figue sur le gâteau, le bon vieux Barbarisme, forme qui n’a pas d’existence grammaticale, du moins officiellement, et qui consiste souvent chez nos élèves à « vandaliser » le passé pas si simple : « il disa, il metta, il prena, il mourra » mais « il écoutit ».

 

 

Bref, même si « Traduttore, traditore », parfois le professeur de lettres classiques en arrive à perdre lui-même son latin. Errare humanum est … perseverare diabolicum.

 

P. L.

 

 

 


Dernières chroniques

Le 20 Février 2017
Pauline  Lejeune enseigne le latin et le grec dans un lycée de la banlieue parisienne. C’est son choix. Partagez le quotidien d’un cours pas (...)
Le 31 Août 2016
Pauline  Lejeune enseigne le latin et le grec dans un lycée de la banlieue parisienne. C’est son choix. Partagez le quotidien d’un cours pas (...)