Optionnel — Sustine et abstine

Pauline  Lejeune enseigne le latin et le grec dans un lycée de la banlieue parisienne. C'est son choix. Partagez le quotidien d'un cours pas tout à fait comme les autres.

Ne cherchez plus à savoir qui est le plus fort entre l’éléphant et l’hippopotame. Le vrai héros de tous les temps, c’est le philosophe. Et ce n’est pas pour rien que nous devons à Aristote d’enseigner au lycée : sans compter l’utilité pédagogique de la méthode « péripatéticienne » (au sens premier du terme bien sûr), c’est une vraie nécessité pour le professeur de lettres classiques d’être un tantinet philosophe, et ce, dès le premier jour, celui de la pré-rentrée, où, tel Socrate les pieds lavés et oint de parfum se rendant au banquet d’Agathon, il rencontre le chef d’établissement :

 

 

PAULINENe croyez-vous pas, Monsieur Caligula (1), qu’il est nécessaire ou bien que le latin soit enseigné, ou bien qu’il ne le soit pas.

M. CALIGULA. J’en conviens fort bien, chère Pauline.

PAULINE. Si l’on prend comme condition qu’il doit être enseigné, ne vaut-il pas mieux qu’il le soit afin d’être utile aux élèves ?

M. CALIGULA.  Assurément, par Jupiter.

PAULINE. D’où vient cette utilité ? N’est-ce pas, selon vous, d’uncours donné dans les meilleures conditions, avec le nombre d’élèves requis – ni trop peu, ni en excès – à des horaires appropriés ?

M. CALIGULA. Sur ce point, je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Au fait, cette année, comme d’habitude, vous n’aurez qu’un seul groupe de latin pour les trois niveaux, le samedi matin de 8h à 10h. Allez, bonne rentrée.

 

 

Ou comment la dialectique menée avec un chef d’établissement tourne toujours au dialogue de sourds. Mais avançons vers une autre étape incontournable du chemin philosophique : la réunion parents-profs :

 

 

PAULINE. Nous savons par expérience que la réussite scolaire se fonde sur trois causes nécessaires : le travail, le travail et le travail.

TOURNEBOULE. Tout à fait.

PAULINE. On peut donc dire que si l’une de ces trois conditions n’est pas remplie, la réussite a peu de chances de survenir, mais que si aucune de ces trois conditions ne l’est, elle n’a aucune chance de survenir, n’est-ce pas ?

TOURNEBOULE. On ne peut qu’en convenir, assurément.

PAULINE. Donc si votre fils, Galopingre, n’a pas travaillé, il ne peut avoir une bonne moyenne en grec, cela va de soi.

TOURNEBOULE. Mais vous aviez dit à la réunion que le grecpermettait de remonter la moyenne générale...

 

NB : si vous lisez cette scène après 2016, remplacez les termes « travail » par « présence en classe » et « moyenne » par, au choix, « compétences acquises », « couleur verte » ou « smiley content ».

 

 

Enfin, même entre pairs, lors des conseils de classe, la philosophie est de rigueur : Platon ne nous enseignait-il pas que le sophiste est le pire ennemi du philosophe parce qu’il est celui qui lui ressemble le plus ?

 

 

PAULINE. N’est-il pas légitime que l’appréciation finale du bulletin repose sur un certain consensus ?

JUDAS (1). Cela est parfaitement légitime.

PAULINE. Dans ce cas, est-il possible selon toi qu’un élève ait les félicitations, soit les plus grands honneurs et la plus grande récompense qu’il soit donné à un lycéen d’avoir, s’il est noté sur son bulletin qu’il passe ses cours de grec à envoyer des sms, dormir, faire ses devoirs d’anglais, draguer sa voisine et perturber le cours par des jeux de mots comme « Athéna Nikè la déesse vierge » ?

JUDAS. Ton exemple est particulièrement éclairant, et cela ne se pourrait absolument pas, par Héraklès !

PAULINE. Comment expliquer alors ce que tu es en train d’écrire sur le bulletin ?

JUDAS. Mais il a vingt de moyenne en maths, on ne peut quand même pas comparer le grec et les maths !

 

 

Bref, si l’enseignement des Anciens mène nécessairement à la philosophie, pour ne pas être tenté de boire la ciguë, c’est surtout au Jardin que le professeur de lettres classiques doit se réfugier (l’ataraxie s’obtient facilement après quelques verres autour d’un barbecue) et faire sienne la devise du Stoïcisme : sustine et abstine.

Pauline Lejeune

 

 

 

(1) Pour des raisons de sécurité, certains noms ont été changés

 

 

 

 

 

 


Dernières chroniques

Le 31 Juillet 2017
Pauline  Lejeune enseigne le latin et le grec dans un lycée de la banlieue parisienne. C’est son choix. Partagez le quotidien d’un cours pas (...)
Le 20 Février 2017
Pauline  Lejeune enseigne le latin et le grec dans un lycée de la banlieue parisienne. C’est son choix. Partagez le quotidien d’un cours pas (...)