Rue de la Sorbonne — Empreinte

Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne, où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein du monde moderne !

 

A la fin de ce mois d’août, s’est éteinte Annie Lebeau. J’ai eu la chance d’être sa collègue, après avoir été parmi ses étudiants. Son cours de thème d’agrégation était célèbre ; célèbre aussi, le Cours de grec ancien, qu’elle avait conçu et élaboré avec Jean Métayer, manuel qui demeure une référence absolue. Je n’ai jamais connu l’amphi Champollion que bondé, quand elle y officiait. Je me souviens d’elle, arpentant l’estrade, craie en main, très droite, se tournant avec aisance de côté et d’autre pour s’adresser à chacun, pivotant pour noter au tableau l’expression qu’elle venait de citer. Dans cette matière austère qu’est le thème grec, elle faisait des cours vivants, drôles, passionnés et passionnants. Elle était un professeur merveilleux et une collègue bienveillante envers les jeunes enseignants impressionnés d’intégrer l’ufr de grec et avides de conseils. Après son départ de Paris 4, elle a pu se consacrer à ses travaux sur la tragédie, et on retrouve dans ses écrits toute la finesse, l’acuité et l’érudition qui faisaient notre admiration. Spirituelle, franche, généreuse, sarcastique à l’occasion, Annie Lebeau a laissé en nous une empreinte ineffaçable.

 

M.-A. S.

31 août 2016

 


Dernières chroniques

Le 13 Novembre 2017
Le mardi 14 novembre, tous les personnels de Sorbonne Université, fusion de la Sorbonne traditionnelle et de Pierre et Marie Curie (sciences-médecine (...)
Le 11 Octobre 2017
Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne, où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein (...)