Rue de la Sorbonne - Attendre

Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne, où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein du monde moderne !

 

On s'émerveille de voir enfin trouvée la solution aux problèmes des filières surchargées et de l'échec en licence. Il suffit d'attendre ! Les UFR ont été priées de dresser une liste d'attendus, en faisant attention de ne pas y glisser des éléments qui donneraient à penser que les Universités sélectionnent. Exercice délicat. D'autant que nous ne disposions pas encore des éléments de cadrage national, qui auraient aidé à la réflexion, sans nul doute : les termes « appétence, compétences, aptitudes, intérêt » y reviennent pour chaque Mention, souvent acccompagnés des adjectifs « réel » « bon ». Il s'agit d'aider les futurs étudiants à s'inscrire là où il faut, de les inciter, par exemple, à comprendre qu'en cas de désintérêt absolu pour la littérature, le choix d'une Mention Lettres n'est peut-être pas le plus heureux. Les esprits éclairés voient probablement comment les difficultés liées au manque de moyens dont souffre l'Université sont ainsi résolues. Les esprits chagrins sont plutôt sensibles à la responsabilité que doit prendre l'Université dans la tâche de décourager des jeunes gens sommés d'avoir acquis compétences et aptitudes décisives avant leurs dix-huit ans. Pour eux, pas question d'attendre.

 

Marie Anne Sabiani


Dernières chroniques

Le 12 Mars 2018
Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne, où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein (...)
Le 26 Février 2018
Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne, où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein (...)