07/12/2017
Date:13/09/2017 - 15/12/2017 
LETHE - Exposition photographique de Christos Chryssopoulos

Villa Kérylos

Beaulieu-sur-Mer


07/12/2017
Date:13/09/2017 - 15/01/2018 
Louvre Lens - Musique ! Echos de l'Antiquité

Avec la musique comme fil conducteur, embarquez pour un voyage inédit et passionnant à la découverte des grandes civilisations de l'Antiquité : l'Orient, l'Égypte, la Grèce et Rome.
Miraculeusement préservés, des vestiges d'instruments de musique, des bribes de notations musicales et de magnifiques représentations de musiciens nous mettent à l'écoute de 3000 ans d'histoire. Des tablettes mésopotamiennes aux reliefs monumentaux romains, en passant par les papyrus et sarcophages égyptiens ainsi que les vases grecs, l'exposition rassemble près de 400 oeuvres d'une grande diversité. Pour la première fois, découvrez des mondes sonores à jamais disparus et écoutez le plus ancien chant connu à ce jour dans le monde !


Le propos de l'exposition 

Dans les sociétés anciennes, la musique est omniprésente. L'exposition « Musiques ! Échos de l'Antiquité » invite à parcourir, en suivant
ce fil conducteur, quatre aires culturelles majeures de l'Antiquité : l'Orient, l'Égypte, la Grèce et Rome.
Le cheminement permet de découvrir que la musique est partout adossée au pouvoir. Présente sur les champs de bataille, elle résonne également dans les temples ; elle est l'auxiliaire du sacré et ses effets magiques dépassent le seul plaisir esthétique de l'audition.
L'enjeu de cette exposition est de faire connaître l'importance de cet extraordinaire patrimoine musical et de montrer la diversité de son usage culturel, de l'Iran à la Gaule. Grâce aux riches apports de la recherche actuelle, elle vise à recomposer les paysages sonores de chaque culture, c'est-à-dire l'ensemble des sons alors perçus et leur interprétation.



Le parcours de l'exposition 


Section 1
> Les sonorités antiques, un monde à jamais disparu ?


Imaginez qu'il ne reste dans 2000 ans que quelques partitions de Mozart, des bribes de chansons de Brel et des instruments de musique cassés pour illustrer la musique occidentale. C'est en quelque sorte la situation à laquelle sont confrontés aujourd'hui les spécialistes des musiques de l'Antiquité qui ne disposent que d'éléments lacunaires, tant en ce qui concerne les rares « partitions » que les instruments, découverts brisés dans les tombes, les maisons ou les sanctuaires. Restent les textes, fort nombreux, et les milliers d'images qui montrent les scènes de la vie musicale et invitent le chercheur à recomposer l'environnement sonore de chaque culture avec les dernières avancées de la recherche. Si les sociétés antiques partagent en apparence certains instruments de musique et certaines pratiques, ces dernières témoignent avant tout de formes d'expression musicale qui leur sont propres...


Section 2
> L'oreille des dieux


Dans des sociétés où le sacré irrigue chaque moment de la vie quotidienne, tout est bon pour capter l'oreille des dieux et susciter leur bienveillance : prières, chants, incantations, hymnes et bruits rituels. Dans le domaine du divin, la musique est partie intégrante du rite à travers les sacrifices, les processions et les fêtes religieuses. Elle est censée opérer comme un médium privilégié, parce que l'on prête à certaines divinités une relation étroite avec les sons : en Mésopotamie, le dieu Ea invente les incantations, chez les Égyptiens, la déesse Hathor préside aux réjouissances au son du sistre et du tambourin et, dans la civilisation gréco-romaine, Apollon à la lyre est par excellence le dieu musicien et poète. L'instrument de musique est souvent un attribut, voire une invention de la divinité et, à ce titre, il est fréquemment déposé comme ex-voto dans les sanctuaires.


Section 3 
> Les sons du pouvoir


Le son fait partie de l'apparat du pouvoir et participe à la mise en scène de l'autorité. De nombreux musiciens et musiciennes sont ainsi au service des puissants, de l'État et de la cité. Dans les monarchies antiques, ils sont chargés d'animer la vie de cour, de rythmer les cortèges, d'exalter la puissance divine du souverain, d'accompagner son effort de guerre aux accents de la trompette ou au rythme des percussions. En Orient et en Égypte, les membres de la famille royale sont des acteurs à part entière du culte et ils participent à sa dimension sonore. Omniprésente dans les rituels civiques, la musique contribue au fonctionnement des sociétés anciennes jusqu'à devenir, dans la culture grecque, nécessaire à la formation du citoyen. Dans le monde gréco-romain, elle offre une représentation harmonieuse de la cité à travers processions et concours. Ces démonstrations publiques trouvent un nouveau souffle dans les triomphes qui célèbrent la grandeur de Rome.


Section 4 
Le pouvoir des sons


La musique affecte nos sens : vive et légère, elle incite à la danse ; lente et triste, elle invite à la mélancolie. Les Anciens sont convaincus de sa capacité à toucher aussi bien l'âme que le corps, au point qu'il existe une théorie dans la philosophie grecque sur les pouvoirs de la musique. Selon les effets qu'elle produit, la musique est tantôt recommandée pour protéger ou guérir, tantôt proscrite comme dans le culte d'Osiris en Égypte. Elle accompagne les individus dans certaines circonstances de la vie, notamment dans les rites de passage en lien avec la naissance et la mort. Elle permet d'exprimer des émotions parfois violentes ou d'apporter un réconfort dans le deuil. La musique a une dimension magique à travers le son des objets en bronze tels que clochettes, cymbales, grelots et gongs. Ces sonorités peuvent être mobilisées dans certains rituels de séduction ou au contraire d'exécration de l'ennemi.


Section 5 
> Les métiers de la musique


La pratique musicale permet de distinguer clairement l'amateur du professionnel dont l'activité s'apparente à un véritable métier : le musicien suit un apprentissage, acquiert gestuelle et techniques de jeu, transmet son savoir et reçoit une gratification. Parmi les musiciens de métier, il est possible de distinguer les « vedettes », récompensées par les souverains et les cités, des simples exécutants qui ont pour fonction essentielle d'accomplir les rites ou d'animer les banquets. Les femmes peuvent aussi vivre de cet art, mais restent souvent cantonnées dans les palais en Orient et dans les temples en Égypte. Certaines réussissent à en faire profession, parfois au prix d'une réputation sulfureuse. Quant au métier de luthier, il n'est attesté que dans le monde gréco-romain, mais l'observation des vestiges témoigne pourtant de l'incroyable savoir-faire des artisans et de la richesse des matériaux employés dans la fabrication des instruments.


Section 6
> Des instruments qui voyagent


La Méditerranée n'a cessé d'être un espace d'échanges et de circulations entre Orient et Occident. Les musiciens se déplacent à l'occasion de migrations et d'ambassades, de concours et de récitals. Ils sillonnent routes et mers avec leurs instruments et contribuent à vulgariser techniques de jeu et nouvelles sonorités. Le circuit de diffusion des instruments de musique est une question complexe qui ne peut se résumer à de simples déplacements. L'exemple de la harpe attestée au 3e millénaire avant J.-C. aussi bien en Égypte qu'en Orient montre qu'on ne peut parler d'un foyer unique à partir duquel l'instrument se serait répandu. D'autres cas de figures témoignent de ces dialogues entre civilisations : l'île de Chypre, au coeur des échanges méditerranéens, est traversée par différents courants musicaux ; Alexandrie, fondation grecque en Égypte, donne naissance à une culture musicale forte et invente un tout nouvel instrument, l'orgue hydraulique, lointain ancêtre de l'orgue d'église, appelé à connaître un grand succès dans l'Empire romain.

 


Commissariat :
Sibylle Emerit, ancien membre de l'Institut français d'archéologie orientale, CNRS UMR 5189 HISOMA ; Hélène Guichard, musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes ; Violaine Jeammet, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines ; Sylvain Perrot, ancien membre de l'École française d'Athènes, Académie de Strasbourg ; Ariane Thomas, musée du Louvre, département des Antiquités orientales ; Christophe Vendries, université de Rennes II ; Alexandre Vincent, ancien membre de l'École française de Rome, université de Poitiers; Nele Ziegler, CNRS UMR 7192.


Scénographie :
Atelier AtoY - Naori Yamazoe et Chiaki Yatsui.


>> Informations pratiques :

Exposition du 13 septembre 2017 au 15 janvier 2018.
Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le mardi.
Fermée le 25 décembre et le 1er janvier.
Gratuit pour les moins de 18 ans / 18-25 ans : 5 € / tarif plein : 10 €.


07/12/2017
Les causes impassibles dans la philosophie de Plotin

7 décembre 14h30-18h30 Riccardo CHIARADONNA (Roma 3 /Centre Léon Robin) : Les causes impassibles dans la philosophie de Plotin Adrien LECERF (Centre Léon Robin) : Passibilité des causes dans le néoplatonisme post-plotinien


07/12/2017
Géographie historique de l'Asie centrale à travers la route d'Alexandre

Claude RAPIN (AOrOc Paris),

Géographie historique de l'Asie centrale à travers

la route d'Alexandre


07/12/2017
09:
Table ronde sur Ménandre et Pétrone

Table Ronde Jeudi 07 Décembre 2017 de 9h à 12h sur Ménandre et Pétrone

Intervenants:

Joseph DALBERA, MCF à l’Université de Corte, « Sur la langue de Pétrone dans le Festin de Trimalcion »

Christophe CUSSET, Professeur à l'ENS de Lyon, « Sur les modalités de la misanthropie de Cnémon dans le Dyscolos de Ménandre »

Stéphane SOLIER, Professeur agrégé de Lettres classiques, Lycée Janson de Sailly, Paris 16, « Le dîner chez Trimalcion ou l’impossible culture grecque d’un affranchi»

Cette Table Ronde sera suivie pour ceux qui le souhaitent d’un déjeuner partagé avec les conférenciers (prix approximatif: 20€)

Renseignements et réservation nécessaire au 06 13 16 32 05 ou assos.kerylos@gmail.com


07/12/2017
17:30
Claude RAPIN (AOrOc - Paris): "Géographie historique de l'Asie  centrale à travers la route d'Alexandre"

conférence en  Géographie historique et Géoarchéologie », par M. Claude RAPIN (AOrOc - Paris): "Géographie historique de l'Asie  centrale à travers la route d'Alexandre", Jeudi 7 décembre 2017 à 17h30, salle F, ENS, École normale supérieure, 45, rue d'Ulm, Paris