Édito - Du Miel dans 2020

Amis des Classiques, de quoi ferons-nous notre miel cette année ?

En janvier, pour célèbrer Janus et le passage de janvier, les Romains s’offraient des figues, des dattes et du miel, autant de manières de se souhaiter que l’année soit douce.

Commençons nous aussi en douceur en butinant dans un dictionnaire quelques vœux de miel : que votre année soit melliflque, douce comme le miel, mellifère, qui produit du miel, mellifique et magnifique ! C’est peu en comparaison de la profusion de mots grecs relatifs au miel :  « à la voix, à la couleur, à la texture, à la douceur, à la pureté, tout est miel pour les Anciens, notamment le délicieux « mélimèlon », « melimelum » en latin, la pomme-miel que tout un chacun aimerait savourer, de préférence sur les lèvres d’un être aimé, après avoir écouté de suaves mots d’amour en latin « melli mihi » (qui fais mon miel), « mellilla » ou « mellitula », mon petit rayon de miel. Tout est miel à commencer par l’inspiration et la pensée : à Mnémosyne mère des Muses c’est du miel que sacrifient les poètes, de même il se raconte que des abeilles se seraient posées sur la bouche de Platon enfant pour y déposer le miel de l’éloquence. 

C’est que le miel des Anciens n’est pas uniquement synonyme de douceur, parfois trompeuse ou destinée à édulcorer une parole voire une réalité amère. Il rayonne bien au-delà de la cuisine : le miel est la part commune aux hommes et les dieux. Lors des sacrifices, il est présent sous forme liquide ou solide, dans les libations et les gâteaux offerts aux divinités. Dieux et hommes sont mellivores. Pline raconte même que le miel est d’une origine céleste : il est la sueur et la salive des astres, que les abeilles récoltent patiemment sur la rosée du petit matin.

Symbole d’un lien entre l’humain et le divin, le miel témoigne également non seulement d’une symbiose entre le règne végétal et le règne animal mais aussi d’une harmonie possible entre la nature et l’homme où ce dernier met son talent technique non au service de la prédation et de la domination mais à celui de la protection et de l’éducation. 

Amis des Classiques que 2020 soit magnifique, que 2020 soit mellifique !

Église de Birnau, Putto "mangeur de miel" (symbole de l'éloquence de saint Bernard), 1750

Piero di Cosimo, Bacchus découvrant le miel, vers 1500

May Irwin, Honey on my lips, 1898