Amis des Classiques, volons !

 Amis des Classiques, volons !

 

Souvenez-vous d’Icare, le fils de Dédale : il périt, victime de l’hybris, sa démesure, pour s’être approché trop près du Soleil, dans la mer qui depuis porte son nom, la mer icarienne. Si la postérité de Dédale et de son labyrinthe fut vaste dans les grands airs comme dans les couloirs dédaléens des universités, celle d’Icare fut plus discrète, jusqu’à aujourd’hui : depuis quelques années Icare est enfin récompensé dans le jeu vidéo favori de nombre d’enfants et d’adolescents heureusement désobéissants ainsi que dans la chronique Ludum Dare.

 

Surtout, depuis peu, Icare et le Soleil tentent de se réconcilier, grâce à l’aventure du Solar Impulse. Pour la première fois, un explorateur de renom, Bertrand Piccard et son copilote André Borschberg tentent le tour du monde grâce à un avion à l’énergie solaire. Voici leur périple, qui n’a guère à envier au périple de l’Odyssée.