Anthologie - Le bleuet ou la plante centaure

Les plantes recèlent des trésors et nous cachent bien des histoires fabuleuses… Voici un extrait du JARDIN DES DIEUX écrit par Laure de Chantal et illustré par Djohr, qui a également réalisé tous les posters de la Vie des Classiques. 

Centaurea sp.

Astéracées

Contrairement à ses congénères mi-hommes mi-chevaux, Chiron est un centaure empreint de sagesse et de science, notamment en médecine. Son nom dérive du mot grec signifiant la « main » : c’est dire si Chiron est habile, en tous les arts. C’est la raison pour laquelle l’éducation de nombre de héros lui est confiée. C’est aussi pour cette raison que les dieux lui accordent l’immortalité, afin de le remercier d’avoir appris un peu de sagesse et de mesure à tous ces jeunes garçons au potentiel extraordinaire et parfois terrifiant. Achille, Ulysse, Énée, Héraclès, Asclépios, tous passent par ses mains expertes. La panacée, le médicament triomphant de tous les maux, même de la mort, n’a pas été découverte, mais Chiron a un secret : grâce au bleuet, il guérit tout ou presque. Jusqu’au jour où l’un de ses anciens disciples, Héraclès, lors d’un combat mémorable opposant les guerriers Lapithes aux centaures, le blesse par mégarde d’une flèche trempée dans le sang de l’hydre de Lerne. Pour son malheur, Chiron est immortel : rien n’y fait, ni le bleuet, ni les larmes du héros, ni les gémissements du centaure qui souffre mais ne peut mourir. Il supplie si bien et si fort que Zeus, pour apaiser son tourment, accepte de le transformer en une multitude d’étoiles. La constellation du Centaure, l’une des plus vastes du ciel, veille de loin sur la Terre et sur ses héros impétueux ou maladroits. Dans une aura bleutée comme la centaurée, elle les protège.

 

Illustration Djohr

 


Dernières chroniques

Le 19 Mars 2019
Lors de la bataille de Salamine, parmi tous les valeureux combattants, une femme se fait remarquer. Hérodote nous dresse son portrait. Des autres (...)
Le 08 Mars 2019
Voici, en exclusivité, quelques pages de La part du héros d'Andrea Marcolongo (p. 232-234).  Les héros ne savaient pas s’ils « naviguaient (...)