Anthologie - Philogelos, ou le rire antique

Le Philogelos (Φιλόγελως : ami du rire) est le plus ancien recueil de blagues connu en Occident. Contenant 265 blagues en grec ancien, ce recueil date du iiie ou ive siècle de notre ère. En voici quelques unes : 

 

201. Ἀφυεῖ μάντει προσελθών τις ἐξ ἀποδημίας ἀνιὼν ἠρώτα περὶ τῶν οἰκείων. ὁ δὲ εἶπεν· ὑγιαίνουσι πάντες, καὶ ὁ πατήρ σου. τοῦ δὲ εἰπόντος ὅτι ὁ πατήρ μου δέκατον ἔτος ἔχει ἀφ’ οὗ ἀπέθανεν – ἀπεκρίνατο· οὐδὲν γὰρ οἶδας τὸν κατὰ ἀλήθειάν σου πατέρα.

Quelqu’un revenant de voyage s’enquit de sa famille à un devin incompétent qui répondit : « Ils sont tous en bonne santé, notamment ton père ». Quand l’homme dit que son père était mort depuis dix ans, l’autre répondit : « Tu ne sais pas vraiment qui est ton père ».

 

232. Ὀζόστομος συνεχῶς τὴν γυναῖκα αὐτοῦ καταφιλῶν ἔλεγεν· ἡ κυρία μου, ἡ Ἥρα μου, ἡ Ἀφροδίτη μου. κἀκείνη ἀποστρεφομένη ἔλεγεν· ὀζεύς μου, ὀζεύς μου.

Un homme à la mauvaise haleine, embrassant sa femme encore et encore, dit "Maîtresse, mon Héra, mon Aphrodite !". Elle répondit, en se détournant : "Ô dieu, odieux !"

[Le jeu de mot grec est basé sur ὀζεύς qui désigne une personne ayant mauvaise haleine et permet le décalage "ô Zeus, ozeus" ; on propose de le traduire par un jeu de mot français similaire avec "ô dieu - odieux" ]

 

245A. Νεανίσκος γραίας δύο καπριώσας ἐκάλεσε, πρὸς δὲ τοὺς οἰκείους διακόνους ἔφη· τὴν μίαν κεράσατε, τὴν δὲ θέλουσαν ἀφροδισιάσατε. αἱ δὲ ὑφ᾽ ἓν εἶπον· ἡμεῖς οὐ διψῶμεν.

Un jeune homme invita deux vieilles vampes et dit à ses serviteurs : "Sers à boire à celle qui a soif et fais l'amour à celle qui a envie". Elles dirent d'une seule voix : "On n'a pas soif !". 

 

247A. Μισογύναιος, τῆς γυναικὸς αὐτοῦ ἀποθανούσης, ἐπὶ τῶι θάψαι ἐκήδευε. τινὸς δὲ ἐρωτήσαντος· τίς ἀνεπαύσατο; ἔφη· ἐγὼ ὁ ταύτης στερηθείς.

Un misogyne se recueillait sur la tombe de sa femme disparue. Qualqu’un lui demandant « Qui repose ? » il répondit « Moi, vu qu’elle n’est plus là ! »

 

Traduction : Antoine Houlou-Garcia

Si vous en voulez plus, vous pouvez consulter l'édition-traduction parue chez Fayard.

 

Et comme on est à la fois un lundi et le lendemain du 1er avril, pour vous faire rire un peu, voici les images détournées qui vous ont le plus fait rire sur nos réseaux ces dernières semaines : 

- Euh Claudius, t'es sûr que c'est une bonne idée de me faire poser avec une cuisse de poulet ?

 

 

- Il est si romantique, je suis sûre qu'il me prépare une surprise pour la saint Valentin...

- Deux années de suite ! Comment je vais faire cette fois pour regarder le match ?!

Par Zeus, ça soulage !

   

-Et les savants, c’est, je pense, par le savoir qu’ils deviennent tels ? -C’est clair. -Mais est-ce autre chose que la science ? -Grave. -Tu m'écoutes vraiment là ? -Complètement d'accord.

- Qu'est-ce que tu fais, Marcus ?

- T'inquiète, Pomponia, je veux juste voir si on va se faire censurer par Facebook

   

- Dis-moi pas que c'est pas vrai ! (Jamelus Vaticanus)

Frater maior te speculatur...

 

 

- Ouf, les ides de mars sont passées...

Images choisies et commentées par Antoine Houlou-Garcia

 

 

 


Dernières chroniques

Le 16 Octobre 2018
Connaissez-vous Choricios de Gaza ? Probablement pas ! La Vie des Classiques vous emmène aujourd'hui à la découverte de cet auteur du second quart du (...)
Le 09 Octobre 2018
Aujourd'hui, La Vie des Classiques vous offre une page de l'Introduction au Dyscolos de Ménandre suivi de Ménandre & la société athénienne, tout (...)