Du côté de chez Budé : les nouveautés

EN LANGUE GRECQUE

 

THÉOPHRASTE, Les Pierres, texte établi et traduit par Suzanne Amigues

XX+136 pages

mai 2018

Avec Théophraste, Les Pierres, s’achève l’édition dans la CUF des études zoologiques, botaniques, minéralogiques effectuées au IVe siècle av. J.-C. par les naturalistes grecs Aristote (pour les animaux) et son disciple Théophraste (dans les deux autres domaines). Après la mort d’Aristote, Théophraste a prolongé l’œuvre de son maître par la rédaction des Recherches sur les plantes (5 vol. dans la CUF) et des Causes des phénomènes végétaux (3 vol. ibid.).

Suzanne Amigues

Née à Lodève (Hérault) en 1937 ; études de lettres classiques à la Faculté des Lettres de Montpellier ; admission en 1959 à l’agrégation de grammaire ; enseignement du second degré (à Montpellier et à Lodève) ; mutation en 1967 à l’université de Montpellier sur un poste de langue et littérature grecques, occupé jusqu’à la retraite (1997).

 

 

DIODORE DE SICILE, Bibliothèque historique. Tome XV : Livre XX, Texte établi et traduit par : Cécile Durvye

452 pages, 5 cartes

mai 2018

Le XXème livre est le dernier de la Bibliothèque historique que nous ayons conservé dans son intégralité. Centré sur les personnages d’Agathocle et de Démétrios Poliorcète, il rapporte l’histoire du bassin méditerranéen entre 310 et 302 av. J.-C. À l’ouest, le tyran de Syracuse Agathocle, pour chasser les Carthaginois de Sicile, entreprend en Libye une expédition audacieuse contre Carthage ; celle-ci se solde par un échec et Agathocle, rentré en Sicile, cherche avec brutalité à asseoir sa domination sur l’ensemble des cités de l’île. À l’est, après la paix conclue par les Diadoques en 311, Antigone, aidé par son fils Démétrios, travaille à s’assurer la maîtrise des îles et des côtes égéennes et égyptienne.

Agrégée de Lettres classiques, docteur en Études grecques de l’Université Paris IV - Sorbonne et ancien membre de l’École française d’Athènes, Cécile Durvye est PRAG à l’Université d’Aix-Marseille. Ses recherches portent à la fois sur l’historiographie et sur l’histoire de la religion hellénistiques.

 

 

CHORICIOS DE GAZA Discours et fragments. Tome II, 3e partie : Discours publics, texte établi par Chiara Telesca, traduit par Nadine Sauterel, sous la direction de Eugenio Amato

240 pages

octobre 2018

Dédiés aux étudiants du rhéteur, les épithalames de Choricios témoignent de la relation unique qui les liait à leur maître et contiennent donc des arguments inédits pour ce genre de discours, notamment de nombreuses informations sur le milieu scolaire. L'intérêt de ces textes réside également dans le fait qu'ils demeurent, à ce jour, l’unique témoignage du déroulement des rites nuptiaux dans l'Antiquité tardive. En effet, au-delà de la fiction littéraire, ils ont certainement été récités lors du mariage, quoique dans différents contextes : l'un présente les caractéristiques habituelles d’un discours récité en cette circonstance, tandis que l'autre, qui célèbre trois couples simultanément, fait penser à une exécution publique au sein-même de l'école de rhétorique.

Chiara Telesca est docteur de l'Université de Basilicate. Ses axes de recherche portent sur l'École de Gaza et sur la rhétorique d'époque impériale et tardive. Nadine Sauterel est doctorante à l'Université de Nantes ; elle soutient sa thèse en octobre 2018 sur les discours publics de Choricios de Gaza dont elle procure la traduction et le commentaire de l'Éloge pour le duc Aratios et le gouverneur Stéphanos. Ses travaux de recherche portent sur la rhétorique et la littérature grecque d'époque impériale. Elle est également auteure-dramaturge et enseignante.

 

 

HIPPOCRATE, Tome I, 2e partie : Le Serment. Les Serments chrétiens. La Loi, texte établi et traduit par Jacques Jouanna

528 pages

octobre 2018

Le Serment doit sa célébrité pérenne aux exigences déontologiques et morales auxquelles le futur médecin doit se conformer : veiller à l'utilité du malade, ne donner ni poison ni abortif, conserver une conduite irréprochable lors de la visite des malades et respecter le secret médical. L'actualité du Serment n'est pas à démontrer : le Conseil National de l'Ordre des médecins possède sur son site une version actualisée du Serment d'Hippocrate.

Ce Serment païen a été conservé et aménagé dans le milieu chrétien. On possède un Serment chrétien en prose et un autre en vers.

Au Serment est joint le traité de la Loi qui forme couple avec lui depuis l'Antiquité. Moins célèbre, ce petit traité ne manque pas d'intérêt et de charme, car il a pour objet de définir les meilleures conditions de l'enseignement d'une véritable médecine à l'heure où, dans une profession qui n'était pas réglementée, les charlatans sont plus nombreux que les véritables médecins.

Ces trois Serments et la Loi font l'objet d'une nouvelle édition critique qui prend en compte pour la première fois non seulement la totalité des manuscrits grecs, mais aussi la tradition papyrologique et les traductions arabe et latine. Le commentaire critique utilise en particulier les documents épigraphiques et papyrologiques pour montrer ce qu'il y a de traditionnel et d'original dans la rédaction du Serment médical.

Jacques Jouanna est professeur émérite de littérature et civilisation grecques à l’Université de Paris-Sorbonne. Il est Membre de l’Institut (Académie des Inscriptions et Belles Lettres) et directeur de la Collection des Universités de France (série grecque).

 

 

PLUTARQUE, Œuvres morales. Tome XIII, 1ère partie : Traité 59. Questions naturelles, texte établi et traduit par Filippomaria Pontani, Introduction et notes de Michiel Meeusen

208 pages

octobre 2018

Les Questions naturelles de Plutarque sont un ouvrage important pour son contenu scientifique, qui porte sur des caractéristiques étonnantes et parfois inattendues du monde naturel, pour ses sources, qui s’étendent de la poésie archaïque grecque à la philosophie aristotélicienne, pour sa forme, qui relève du genre question-réponse, et pour sa tradition manuscrite, qui inclut des chapitres connus seulement à travers la tradition indirecte de Michel Psellos ou la traduction latine de l’humaniste Gysbertus Longolius.

Filippomaria Pontani est professeur de Philologie classique à l’Université Ca’ Foscari de Venise. Il travaille depuis longtemps à l’édition des scholies anciennes et byzantines à l’Odyssée d’Homère, et il s’est beaucoup engagé dans l’étude de la tradition manuscrite des textes grecs des papyrus jusqu’à la Renaissance, ainsi que dans l’interprétation de plusieurs poètes anciens (de Sappho à Callimaque et Catulle) et dans le domaine de l’histoire de la philologie et de la grammaire. Il a publié plusieurs textes, souvent inédits, de l’époque byzantine et humaniste (de Planude à Politien et Mousouros), et il a beaucoup traduit du grec moderne. Michiel Meeusen, Docteur en Études littéraires (KU Leuven, 2013), est chercheur postdoctoral de l’Académie britannique au King’s College de Londres. Il se spécialise dans la science et la médecine ancienne, ainsi que la littérature et la culture de l’Empire gréco-romain. Meeusen est l’auteur de Plutarch’s Science of Natural Problems. A Study with Commentary on Quaestiones Naturales, Louvain 2016 (Plutarchea Hypomnemata). Il a aussi publié sur le genre plus large des problèmes naturels et médicaux d’après le modèle des Problèmes naturels aristotéliciens, y compris la circulation de cet ouvrage dans le Haut-Empire.

 

 

GEORGES « MONOS » D’ALEXANDRIE, Études sur les États de cause d’Hermogène, texte établi et traduit par Michel Patillon

LXII+1326 pages (2 volumes)

décembre 2018

Georges d’Alexandrie, alias « Monos », a vécu dans la première moitié du Ve s. ap. J.-C. Il est, pour la théorie rhétorique, l’héritier d’Eustathe. Il reprend la doctrine de son devancier, en l’enrichissant, voire en la discutant. On ne sait de lui que ce que nous apprend son œuvre. À l’exception de quelques fragments, cette œuvre n’était jusqu’à maintenant ni éditée, ni traduite, ni annotée. Si l’on songe à l’importance de tels ouvrages dans l’histoire des études littéraires, notamment de ceux d’Hermogène et de ses commentateurs, étudiés encore durant tout le Moyen-Âge, on mesure l’intérêt de cette publication, édition princeps d’une œuvre colossale par sa taille autant que par sa portée.

Agrégé des lettres classiques, docteur es lettres, Michel Patillon, ancien directeur de recherches au CNRS, est notamment l'auteur de travaux sur la théorie du discours dans l'Antiquité, qui s'efforcent à la fois de reconstituer la pensée des anciens et de l'éclairer par les acquis de la théorie moderne.

 

 

EN LANGUE LATINE

SÉRÉNUS, La Section du cylindre. La Section du cône, texte établi et introduit par Micheline Decorps-Foulquier, traduit par Michel Federspiel, avec la contribution de Kostas Nikolantonakis

C+ 540 pages

février 2019

Sérénus est un philosophe platonicien, postérieur à l’élève du commentateur de Platon, Atticus (deuxième moitié du IIe s.), le médio-platonicien Harpocration. Il était originaire de la cité d’Antinooupolis en Moyenne-Égypte. Ces deux traités, les seuls que nous ayons conservé de lui, constituent un témoignage précieux sur la géométrie grecque d’époque romaine.

Micheline Decorps-Foulquier est professeur de Grec à l’Université de Clermont-Ferrand. Spécialiste de l’histoire des textes mathématiques grecs, elle a publié une histoire du texte grec et l’édition des Livres grecs I-IV des Coniques d’Apollonius de Pergé, ainsi qu’une édition d’Eutocius d’Ascalon. Michel Federspiel enseigna le grec à la Faculté des Lettres de l'Université de Clermont-Ferrand durant toute sa carrière. Il fut traducteur de textes scientifiques et techniques (Apollonius de Perge, Eutocius d’Ascalon, en collaboration avec M. Decorps-Foulquier) et spécialiste de la langue des mathématiques grecques, à laquelle il consacra de nombreux articles et notes.

 

 

GALIEN, Œuvres. Tome IX, 1re partie : Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate (Livre I), texte établi et traduit par Antoine Pietrobelli

CCCXIV+ 366 pages

mai 2019

Si vous buvez aujourd'hui une tisane à la fin du repas, vous ignorez sans doute que c'est en raison de la fortune d'un texte oublié : le commentaire de Galien au Régime des maladies aiguës d’Hippocrate. Le premier livre de ce commentaire porte en effet sur la prescription de la « ptisane », une décoction d’orge que les médecins antiques, médiévaux et modernes ont utilisée pour nourrir et soigner les patients atteints de maladies infectieuses (ou maladies aiguës). Après avoir été traduit en arabe, puis en latin, ce commentaire fut l’un des textes médicaux les plus étudiés en Occident entre le XIIIe et le XVIe siècle.

Antoine Pietrobelli est helléniste et philologue, spécialiste d’histoire de la médecine. Il est maître de conférence habilité à diriger des recherches à l’Université de Reims et membre de l’Institut Universitaire de France. En 2005, il a découvert un nouveau manuscrit de Galien à Thessalonique qui contenait des inédits, dont le Ne pas se chagriner publié en 2010 dans la CUF. Il a publié de nombreux articles sur Galien et la médecine galénique.

 

 

SERVIUS, Commentaire sur l'Énéide de Virgile. Livre IV, texte établi et traduit par Jean-Yves Guillaumin

LXXXVI + 716 pages

Février 2019

Vers la fin du IVe s., un professeur nommé Servius, sur la vie duquel on ne sait rien de solide même s’il est mis en scène dans les Saturnales de Macrobe, commentait les œuvres de Virgile. Le livre IV de l’Énéide, qui est le plus court de cette épopée, fait l’objet d’un de ses commentaires les plus longs. C’est qu’il s’agit de Didon et d’Énée ; d’amour, de mariage et de séparation ; de la vie et de la mort, de religion et de philosophie ; des destinées de Rome aussi.

Jean-Yves Guillaumin est professeur à l'Université de Franche-Comté, codirecteur, avec François Dolbeau, de la collection « Auteurs latins du Moyen Âge ». On lui doit, dans cette série, l’édition et la traduction des livres III, VII et XX des Étymologies d’Isidore de Séville. Il est aussi l’éditeur, dans la CUF, des trois tomes des Arpenteurs romains, du livre VII des Noces de Philologie et de Mercure, et des Institutions arithmétiques de Boèce.

 

 

HISTOIRE AUGUSTE, Tome IV, 1re partie : Vie des deux Maximins, des trois Gordiens, de Maxime et Balbin, Texte établi et traduit par François Paschoud

LXXIV + 448 pages

novembre 2018

Sans avoir la réputation des sars de Suétone, l'Histoire Auguste appartient au même genre de biographies, qui mêle narrations, rubriques et curiosités. Couvrant les années 117 à 285, elle est la principale source latine pour les siècles de la Paix romaine et de la grande crise du IIIe siècle. Toutefois, elle a été l'objet à notre époque d'une suspicion générale de la part des historiens. La présente édition voudrait inciter à une relecture globale de ce monument d'histoire culturelle et, du même coup, à une réévaluation de sa valeur historique.

François Paschoud est professeur au Département des sciences de l'Antiquité, Faculté des lettres, Université de Genève (en 1974).

 

 

CLAUDIEN, Œuvres. Tome IV, Petits poèmes, texte établi et traduit par Jean-Louis Charlet

XCII+356 pages

mai 2018

Après un premier volume consacré à l’épopée mythologique de Claudien (Le Rapt de Proserpine) et deux volumes regroupant ses grands poèmes politiques de 395 à 404), ce quatrième et dernier volume assemble ce que la tradition a appelé Carmina minora, poèmes petits par la taille, mais riches et variés par leurs thématiques et leurs formes littéraires, qui montrent d’autres facettes du génie de Claudien : poèmes à connotation politique pour chanter Sérène, nièce et fille adoptive de Théodose, épouse de Stilicon (avec le premier panégyrique latin décliné au féminin !), épigrammes qui saisissent la vie dans ses aspects les plus divers, épîtres poétiques, célébrations des merveilles de la Nature (le porc-épic, la langouste, la torpille, le Phénix ; l’aimant et un cristal contenant une goutte d’eau ; le miracle des eaux : la source Aponus, le Nil), un épithalame, un épyllion inachevé (la Gigantomachie).

Jean-Louis Charlet, professeur émérite de latin tardif, médiéval et humaniste à l’université d’Aix-Marseille, ancien président de l’International Association for Neo-Latin Studies, auteur de plus de vingt livres et de plus de 260 articles scientifiques, est spécialiste de poésie et métrique latines, de lexicographie et philologie néolatines, de l’histoire du livre et de l’édition scientifique ainsi que de numismatique.

 

 

JUSTIN, Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée. Tome II : Livres XI - XXIII, texte établi et traduit par : Bernard Mineo, annoté par Giuseppe Zecchini

X+436 pages

Février 2018

Le Tome II de cette édition comprend les Livres XI à XXIII de l’Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée par Justin, et recouvre la période allant de l’accession au trône d’Alexandre le Grand aux débuts de Hiéron II de Syracuse. Outre l’épopée d’Alexandre, Justin présente dans cette partie de son ouvrage l’histoire des diadoques, l’expédition de Pyrrhus en Italie et en Sicile, les origines de Carthage et ses tentatives de conquérir la Sicile, le récit enfin des vicissitudes des tyrans et rois de Syracuse.

Professeur de langue et littérature à l’Université de Nantes, Bernard Mineo a édité en 2003 le Livre XXXII de Tite Live pour la Collection des Universités de France. Il est l’auteur d’une monographie consacrée à Tite Live (Tite Live et l’Histoire de Rome) publiée en 2006 chez Klincksieck. Il a également publié en 2014 A Companion to Livy pour les éditions Wiley-Blackwell. Ses travaux portent plus largement sur la formation du genre historique à Rome et plus particulièrement sur la genèse des récits relatifs aux premiers temps de l’Histoire de Rome (Rome royale et débuts de la République romaine).

 

 

ARNOBE, Contre les Gentils (Contre les Païens). Tome II : Livre II, texte établi et traduit par Mireille Armisen-Marchetti

XLVII + 385 pages

février 2018

Arnobe est un écrivain chrétien de la fin du IIIe siècle, auteur d’une apologie en 7 livres. Le livre II est une défense contre les objections adressées aux chrétiens par des philosophes dont l’identité, qui n’est pas précisée, a fait l’objet de nombreux débats parmi les commentateurs. La réfutation d’un certain nombre de leurs griefs, dont celle, longuement développée, de la nouveauté du christianisme, encadre un long exposé sur la nature de l’âme, son origine et son devenir après la mort. La doctrine d’Arnobe est parfois déconcertante. Ainsi, selon lui, les âmes humaines n’ont pas Dieu pour créateur, et étant de qualité "intermédiaire", elles sont mortelles. Cependant Dieu leur confère l’immortalité si elles acceptent de le reconnaître. Tout cela est développé avec passion, vivacité et ironie, et avec toutes les ressources d’un art oratoire qu'Arnobe, rhéteur de profession, maîtrise parfaitement.

Professeur émérite à l’Université de Toulouse - Jean Jaurès, spécialiste de l’histoire des idées à Rome, Mireille Armisen-Marchetti a travaillé à la fois sur le stoïcisme et sur la rhétorique à partir de Sénèque. Elle s'est ensuite intéressée au néoplatonisme et à l’histoire des sciences, à travers son édition commentée de Macrobe, Commentaire au Songe de Scipion, C.U.F, vol. 1, 2001 et vol. 2, 2003.