Le philologue selon Friedrich Nietzsche

Aujourd'hui réfléchissons sur le sens de la vie des Classiques avec le génial professeur Nietzsche dans son Introduction aux études de philologie classique (été 1871. 3 heures par semaine).

"LE DOMAINE des sciences qui sont ici possibles est immense. En fait rien n'est en cette matière trop modeste pour ne pouvoir inviter aux comparaisons les plus importantes. Peu à peu on comprend gu'il en va pour un grand peuple de génie comme pour un homme de génie. Même les plus petites expressions de la vie portent encore le sceau du génie. Ici s'applique toujours la maxime: Si duo faciunt idem, non ei idem  ( Si deux personnes font la même chose, le résultat n'est pourtant pas identique) On peut poursuivre cette comparaison: les Grecs sont, comme le génie, simples : c'est pourquoi ils sont des maîtres immortels. Leurs institutions, leurs créations portent I'empreinte de la simplicite de sorte qu'on s'est souvent émerveillé qu'ils soient en cela si uniques. Et ils sont en même temps, à notre étonnement, aussi profonds que simples. Mais ils ne traduisent que rarement les profondeurs de leur sagesse et de leur connaissance en mots : entre le grand homme du concept, Aristote, et les mœurs et I'art des Hellènes il y a encore un abime immense, de sorte que ce dernier nous apparait plat en comparaison de la dimension impénétrable de I'instinct grec. Il convient de mettre au nombre des plus grandes qualités des Hellènes le fait qu'ils ne pouvaient pas transformer en réflexion ce qu'ils avaient de meilleur. Ce qui signifie qu'ils son naifs : dans ce mot s'unissent la simplicité et la profondeur. Ils ont même quelque chose d'une œuvre d'art en eux. 
Le monde a beau etre des plus sombres: il suffit que soudain une part de vie hellénique y soit inserée pour qu'il illumine. Ils transfigurent l'histoire de I' Antiquité et sont très exactement un refuge pour tout homme sérieux.

En ce sens je souhaite vous montrer la tâche de la philologie: comme un moyen de transfigurer sa propre existence et celle de la jeunesse qui grandi. Nous voulons apprendre des Grecs, nous voulons enseigner avec, en main, leurs exemples. Cela doit être notre tâche.