Les classiques de demain - La mort de Cléopâtre

La mort de Cléopâtre ?

Une énigme qui persiste à travers les siècles

 

Nous avons lu un extrait des Odes d’Horace (Livre I, Ode 37) :

« ausa et jacentem visere regiam

vultu sereno, fortis et asperas

tractare serpentes, ut atrum

corpore combiberet venenum. »

Voi      ci comment nous l’avons traduit :

« Elle osa contempler la résidence royale à terre, d'un visage serein et, courageuse, toucher les serpents rugueux pour absorber le noir venin en son corps. »

Collectif de secondes

Vous aussi, vous avez entendu dire que Cléopâtre (69-30 avant J.-C) se serait suicidée ? Mais comment en être sûr ?

Horace (65-8 avant J.-C), vivant au même siècle que Cléopâtre, affirme déjà qu'elle se serait suicidée. C'est la version la plus courante pour expliquer sa mort. Elle a d'ailleurs été reprise par Plutarque (46-120 ap. J.-C) au Ier siècle de notre ère. Cependant, si l'histoire de cette mort tragique a traversé le temps, elle pourrait cacher une toute autre réalité.

En effet, d'autres historiens se sont interrogés à ce sujet. Ils ont découvert qu'il était impossible que la reine se soit donnée la mort par le biais d'un serpent dissimulé dans un panier de figues. Des chercheurs de l’université de Manchester ont rapporté la difficulté de cacher un serpent de plus de 2,5 mètres dans un si petit panier ! De plus, les gardes d’Octave fouillaient les entrées et sorties de la chambre de Cléopâtre. Quand bien même ses deux servantes auraient réussi à faire rentrer le reptile, une morsure de serpent n’aurait pas pu tuer ces trois personnes sachant que la morsure n’est mortelle qu’une fois sur dix. On a pourtant retrouvé les trois corps. Autre détail d’importance, aucun serpent n’a été retrouvé dans cette chambre.

Une autre hypothèse évoquée par Plutarque : Cléopâtre aurait toujours eu sur elle une épingle contenant du poison, étant elle-même passionnée par le poison mortel. Cependant comment aurait-il pu y avoir assez de poison pour se tuer elle ainsi que ses deux servantes ?

Toutes ces confusions laissent penser qu’il s’agit d’un meurtre maquillé en suicide. En effet, Octave pourrait être à l’origine de sa mort. Par peur de provoquer la pitié du peuple, en la faisant défiler sur son char, il aurait préféré la faire tuer. Il voulait probablement faire penser à un signe de lâcheté de la part de la jeune femme, en maquillant sa mort en suicide. Ironie du sort : Cléopâtre entre dans la légende en inspirant de nombreux artistes par son « suicide ». Octave n’aurait donc pas réussi à la faire passer pour une femme lâche et dangereuse.

Dixerunt Léna et Carla

 

Liens utiles :

Les réserves des chercheurs de Manchester

Plutarque et la théorie de l’épingle

 


Dernières chroniques

Le 17 Octobre 2018
Avec la rose et la couronne de lauriers, observons grandir les classiques de demain. Pour les adolescents d'aujourd'hui, le latin et le grec sont (...)
Le 16 Avril 2018
Avec la rose et la couronne de lauriers, observons grandir les classiques de demain. Pour les adolescents d'aujourd'hui, le latin et le grec sont (...)