Pourquoi faire des lettres classiques ? Pour chanter Euripide !

J'ai commencé par faire du latin en 5ème, encouragée par mon entourage. En 3ème, je suis passée du latin au grec, parce que j'en avais la possibilité et que cela m'attirait beaucoup. Je connaissais très peu de choses sur cette langue mais je la trouvais plus cool que le latin (c'est un point de vue absolument subjectif mais qui se défend..). J'ai continué le grec au lycée et cela m'a beaucoup plu. J'adorais traduire des textes et étudier les mécanismes de cette langue. L'aspect historique et l'étude de la civilisation me plaisait également, mais c'est vraiment l'exercice de la traduction et la littérature antique en elle même qui m'ont séduit. J'ai passé l'épreuve écrite au bac et ça s'est très bien passé. J'ai même souvenir que certains exercices de l'épreuve m'ont permis d'aborder des choses très importantes qui m'ont marquée et suivie jusqu'à maintenant (notamment l'exercice de comparaison de traductions). Le grec est devenu ensuite l'une de mes matières préférées en hypokhâgne. 

J'ai depuis arrêté les études littéraire pour me consacrer entièrement à la musique, mais le grec me suit et m'habite toujours. En effet, j'ai fondé en 2017 Noolysis, un groupe de rock progressif dans lequel je chante en grec ancien des extraits choisis parmi les œuvres majeures de la littérature antique (pour l'instant uniquement des tragédies d'Euripide). Le grec ancien occupe donc aujourd'hui une grande partie de ma vie, et je peux dire que son étude a contribué à me forger et à me faire grandir. Je suis également persuadée qu'il est possible d'étudier le grec dans le secondaire et d'en tirer des enseignements primordiaux et très formateurs sans pour autant s'orienter vers les lettres classiques dans le supérieur. J'en suis la preuve.

Camille Lévy


Dernières chroniques

Le 30 Janvier 2019
  A l’heure où de nombreux adolescents et leurs parents font leurs choix, revenons sur ses implications sur les langues anciennes, avec (...)
Le 25 Janvier 2019
Voici quatre nouveaux témoignages de jeunes latinistes recueillis par leur professeur Véronique Guillaume qui enseigne à Limoges :   (...)