Quel caractère ! Bdelyria

Les Caractères de Théophraste ont traversé les siècles. Que vous soyez helléniste ou simple observateur, vous en connaissez sûrement quelques-uns. Aujourd’hui nous vous faisons rencontrer, M. et Mme Malotru, les Bdelyrias. Par Laure de Chantal

 

BDELYRIAS

 

La bdelyria (βδελυρία) n’est pas difficile à définir ; c’est une façon de plaisanter choquante et qui s’étale. Et voici quelle sorte d’homme est le bdelyros (l’impudent, le malotru selon le dictionnaire).  Rencontre-t-il des femmes libres, il se retrousse de façon à exhiber sa virilité. Au théâtre, il bat des mains quand les autres s’arrêtent ; il siffle les acteurs qui ont la faveur du public ; au milieu du silence général se renversant en arrière, il lâche un hoquet pour obliger toute l’assistance à se retourner. Sur le marché, à l’heure de la plus grande affluence, il s’approche des boutiques où l’on vend des noix ou des baies de myrte ; et là, debout, il grappille sur l’étal, en faisant la causette avec le marchand. Une personne passe qu’il connaît à peine il l’interpelle par son nom. Une autre arrive d’un air pressé : il l’engage à s’arrêter. Un plaideur sort du tribunal, où il a perdu un gros procès : il l’aborde et lui présente ses félicitations. C’est lui qui fait en personne son marché, qui loue des joueuses de flûte ; et à tous ceux qu’il rencontre il montre ses provisions et les invite à la fête. Il s’arrête devant la boutique du barbier ou du parfumeur, et déclare aux clients qu’il a dessein aujourd‘hui de faire bombance.

Extrait des Caractères, Texte établi et traduit par Octave Navarre, CUF, Les Belles Lettres, 2003

 


Dernières chroniques

Le 26 Octobre 2018
Les Caractères de Théophraste ont traversé les siècles. Que vous soyez helléniste ou simple observateur, vous en connaissez sûrement quelques-uns. (...)