Voyage dans la France antique - Aix en Provence, ville d’eau

Tous les mois, Lauriane Locatelli (docteur en langues anciennes) nous révèle l’étymologie et l’origine d’un nom de villes françaises afin de se remémorer une des caractéristiques principales du lieu : celle qui lui a valu cette dénomination.

Aix en Provence, aujourd’hui sous-préfecture des Bouches du Rhône et ancienne capitale des comtes de Provence, fut la première colonie romaine de Gaule. A l’évocation de son nom, l’image de la ville aux mille fontaines est présente dans les esprits. Mais d’où vient le nom d’Aix-en-Provence ?

  Une image contenant extérieur, bâtiment, brun, assis</p>
<p>Description générée automatiquement

Aix est déjà présente chez Pline l’Ancien sous la forme d’Aix des Salluviens (Aquae Sextiae Salluuiorum, cf. Histoire naturelle, III, 5, 36). Les Salluviens ou les Salyens étaient un peuple qui occupait « le pays compris entre le Lubéron, la Durance à partir de Cavaillon, le Rhône, le Var, et, au Nord-Est, les chaînes subalpines entre ces deux dernières rivières »[1]. Dans la Géographie de Ptolémée (Géographie, 2, 10, 8), elle apparaît sous la forme d’Aquae Sextiae colonia. Le nom d’Aix en Provence est le nom officiel seulement depuis 1932.

Le nom d’Aquae Sextiae est à mettre en relation à la fois avec les sources eaux chaudes de la ville (aquis) mais aussi avec le proconsul romain Caius Sextius Calvinus qui a créé la ville en 122 av ; J.-C.[2]. Ces sources d’eaux chaudes se trouvaient « immédiatement à l’ouest du bourg Saint Sauveur, et en contrebas de ce bourg »[3].La première partie du toponyme est la même qui a donné les toponymes d’Ax les Thermes, Aix la Chapelle, Aix les Bains.

La ville était dotée d’un réseau d’aqueducs (4 aqueducs)[4], puis des Thermes publics seront construits par les Romains, sur l’actuel site des Thermes, en haut du Cours Sextius, une des principales artères de la ville actuelle. La ville porte officiellement le statut de ville thermale depuis 1913. L’eau occupe toujours une place considérable dans celle qu’on appelle souvent la ville aux mille fontaines en raison de ses 22 fontaines.

Le toponyme Aix-en-Provence est donc un toponyme descriptif, mais aussi dédicatoire car il fait référence aux sources d’eaux chaudes de la ville et au fondateur de la ville. La toponymie moderne rappelle encore le nom antique de la ville : par exemple les Thermes Sextius, la pharmacie Sextius, le bar Sextius.

  Une image contenant extérieur, herbe, bâtiment, route</p>
<p>Description générée automatiquement

Bibliographie

Clerc, Michel 1941, Aquae Sextiae: histoire d’Aix-en-Provence dans l’Antiquité. Aix-en-Provence, France: A. Dragon.

Nin, Núria 2014a, éd. Aix antique: une cité en Gaule du Sud. Cinisello Balsamo, Milano: Silvana editoriale.

Nin, Núria 2014b, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), et Service archéologique. Aix en archéologie 25 ans de découvertes. Gand: Snoeck,.

 

 

[1] Clerc 1941, p. 13.

[2] Nin 2014b, p. 176

[3] Clerc &ç’&, p. 359.

[4] Nin 2014a, p. 65.


Dernières chroniques

23 Septembre 2020
Tous les mois, Lauriane Locatelli (docteur en langues anciennes) nous révèle l’étymologie et l’origine d’un nom de villes françaises afin de se (...)
03 Juillet 2020
Tous les mois, Lauriane Locatelli (docteur en langues anciennes) nous révèle l’étymologie et l’origine d’un nom de villes françaises afin de se (...)