Rue de la Sorbonne

Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein du monde moderne !

 

Paris 4 se déploie sur une dizaine de sites. Nous, hellénistes, intervenons boulevard Malesherbes en première et deuxième années, à la Sorbonne en troisième année et en Master. Il nous arrive aussi de fréquenter le site de Clignancourt pour les cours destinés aux historiens et aux philosophes. Malesherbes est somptueux, Clignancourt rénové, mais rien ne vaut pour moi notre Institut de Grec, en face de la Sorbonne historique, de l’autre côté de la rue. Trois étages dévolus au Grec. Au deuxième, la bibliothèque, pouvant accueillir une soixantaine de personnes, dont la double porte est surmontée de deux masques barbus et chevelus qui toisent l’assistance. Tellement familiers qu’ils ne sont presque plus effrayants. Le cartouche qui les relie porte deux noms, Eschyle, Plaute, et une date, 1886. Personne ne sait depuis combien de temps ils sont là, tout le monde les a toujours vus. Je prends régulièrement place dans cette salle, pour assister à des réunions ou conférences auxquelles sont invités des antiquisants d’âges divers qui ont tous, obligatoirement, à un moment donné, mis les pieds à l’Institut. Tous leur jettent un œil et chuchotent, rassurés je suppose.

M-A. S. 

 

 

 

 

 


Dernières chroniques

Le 26 Septembre 2018
Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne, où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein (...)
Le 11 Juin 2018
Les classiques sont bien vivants entre les murs de la vieille Sorbonne, où latinistes et hellénistes continuent d’inscrire les temps anciens au sein (...)