Une déesse grecque dans le tramway

A Nice, l’arrivée d’une déesse grecque dans le tram - Dixerunt : Gaëlle, Héloïse, Agathe, Célia

La statue Niké se situe à l’arrêt de tram Garibaldi sur la ligne 2.

page1image2512page1image2672

Ernest Pignon-Ernest crée une statue de la déesse Niké (déesse grecque de la Victoire) pour la ville de Nice. Il est né le 23 février en 1942 à Nice, il est artiste plasticien et exerce en France.

Engagé politiquement et socialement, Ernest Pignon-Ernest développe un art qui cherche à bouleverser les mentalités, à ouvrir les esprits sur la réalité du monde, aussi sombre soit-il. Dans les années 70, avec ses premières œuvres, il dénonce la guerre d’Algérie, l’apartheid en Afrique du Sud, la situation des migrants en Europe. Tous ces événements dénombrent des milliers de victimes à qui il permet de sortir de l’oubli et de s’extraire du silence par l’art de la rue.

page1image9704page1image9872page1image10040

Ernest Pignon-Ernest s'intéresse aussi à l’Antiquité et il a créé une œuvre où il rassemble la reproduction de la déesse Niké et le petit Garibaldi, positionné à la place de la tête manquante. La célèbre sculpture originale s’appelle « La victoire de Samothrace », elle est la deuxième œuvre la plus connue après la Joconde au Louvre. Il faut savoir que toutes les statues représentatives de la déesse Niké sont décapitées...
Nikaïa : le nom de la ville de Nice aurait donc la racine étymologique de la déesse.

La statue en marbre fait 5 m 12 de haut, elle est vêtue d’une toge, elle a une paire d’ailes et surtout, à la place de sa tête, le petit Garibaldi est assis en tenue de pêcheur !

page2image7728page2image7896page2image8064page2image8232page2image8672page2image8840page2image9008page2image9176

La célèbre marque “Nike” a pris le nom de la déesse de la victoire, s’inspirant d’ailleurs de l’aile de cette déesse pour faire son propre logo.

La déesse Niké est la fille de Titan Pallas et de Styx, elle a quatre frères et sœurs.

page3image3280page3image3448page3image3616page3image3784page3image3952page3image4120

Garibaldi, l’enfant de Nice ? Pourquoi Ernest-Pignon-Ernest a-t-il choisi d’associer la Victoire et Garibaldi ?

Un peu d’histoire... Garibaldi est né le 4 juillet 1807 à Nice, sa mère lui apprend le latin et l’Italien. Garibaldi a voué sa vie à la défense des causes patriotiques. Il est attiré par la vie maritime et s’engage à 17 ans dans la marine. À quinze ans, jeune  mousse, il faisait son premier voyage à Odessa. En février 1871, Garibaldi est élu, sans avoir été candidat, à l’Assemblée nationale française comme député de la Côte-d’Or, de Paris, d’Alger et de Nice.

Les comités de Défense Nationale, sous l’impulsion de Gambetta, font appel à Garibaldi. En 1870, il mit son épée au service de la France lors de la guerre franco-allemande. Le 25 et 26 novembre, avec ses deux fils, Ricciotti et Menotti, à la tête de 10000 tirailleurs français de l’Armée des Vosges, il remporte une victoire à Dijon (bataille de Dijon). C’est à cette occasion qu’il devient le seul des commandants français à avoir obtenu une victoire contre les Prussiens.

Garibaldi resta dès lors une des figures emblématiques des Niçois : et nous rappelle le rattachement de Nice à la France par le Second empire et la IIIe République naissante.

Ce qui nous a donc marqué, en tant que latinistes, ce sont les liens établis entre la lointaine Antiquité et le monde le plus moderne : la déesse grecque antique avec Garibaldi trône dans l’une de nos stations de tram !


Dernières chroniques

26 Juin 2019
Avec la rose et la couronne de lauriers, observons grandir les classiques de demain. Pour les adolescents d'aujourd'hui, le latin et le grec sont (...)
12 Juin 2019
Avec la rose et la couronne de lauriers, observons grandir les classiques de demain. Pour les adolescents d'aujourd'hui, le latin et le grec sont (...)